Partir en affaires

[av_heading tag=’h1′ padding=’10’ heading=’Partir en affaires’ color= » style=’blockquote modern-quote’ custom_font= » size= » subheading_active= » subheading_size=’15’ custom_class= »][/av_heading]

[av_textblock size= » font_color= » color= »]
Le verbe « partir » étant toujours intransitif, il ne peut avoir de complément d’objet. Cependant, il est très souvent fautivement utilisé de manière transitive, comme dans l’expression « partir en affaires ». Il est donc préférable d’utiliser d’autres expressions pour dire qu’une personne s’est établie à son compte.
[/av_textblock]

[av_table purpose=’tabular’ pricing_table_design=’avia_pricing_default’ pricing_hidden_cells= » caption= » responsive_styling=’avia_scrollable_table’]
[av_row row_style= »][av_cell col_style= »]Emplois fautifs[/av_cell][av_cell col_style= »]Emplois corrects[/av_cell][/av_row]
[av_row row_style= »][av_cell col_style= »]Il a décidé de partir en affaires.[/av_cell][av_cell col_style= »]Il a décidé de se lancer en affaires.[/av_cell][/av_row]
[av_row row_style= »][av_cell col_style= »][/av_cell][av_cell col_style= »]Il a décidé de créer une entreprise.[/av_cell][/av_row]
[av_row row_style= »][av_cell col_style= »][/av_cell][av_cell col_style= »]Il a décidé de lancer une entreprise.[/av_cell][/av_row]
[/av_table]

[av_textblock size= » font_color= » color= »]
Sources

Bertrand, Guy. 400 Capsules linguistiques. Lanctôt Éditeur. 1999

De Villers, Marie-Éva. Multidictionnaire de la langue française. Éditions Québec-Amérique inc. 5e éd. 2009
[/av_textblock]